Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Pouilles 2017  Groupe 2

 

Mardi 9 mai

Un peu avant 9h, premier rassemblement de six touristes à la gare de La Rochelle ; Danièle n'a pas oublié les billets. Nous retrouverons le reste du groupe à Roissy Charles de Gaulle, nous sommes 13 et non 15 comme prévu initialement, nos amis Marcelle et Pierre n'ayant pu se joindre à nous. Nous avons bien pensé à eux pendant tout le séjour.

Après le pique-nique dans le train vers midi, nouveau pique-nique à l'escale de Rome : en effet, l'autre groupe nous a prévenus que ce serait sans dîner à Bari. Notre arrivée est fêtée par un feu d'artifice, que nous admirons tandis que l'avion approche de l'aéroport ; nous déchantons un peu en apprenant que c'était la clôture des fêtes du Saint Nicolas local, patron de la ville, et dont les reliques reposent à la basilique. Cependant, il y a bien quelqu'un qui nous attend : notre guide Guilhemette est là pour nous accueillir. Pas de problème de bagages pour nous, donc direction l'hôtel Cristal ; il est bien tard, donc : au lit !

 

Mercredi 10 mai

Curieux, ces croissants fourrés au petit déjeuner ! Il est vite 8h 30, et le bus nous attend pour nous emmener en deux heures environ au bas de la grimpette vers Monte Sant'Angelo. La route défile, avec oliviers, vignes, champs d'oignons et de pommes de terre, ainsi que des salines avec des flamants roses.

L'ascension commence, sous la conduite attentive de Guilhemette, par un chemin rocailleux, au milieu de la végétation (attention à la férule, qui ressemble assez au fenouil !) et de quelques animaux (un renard un peu plus bas, sinon des chèvres et des vaches).

Un moment avant le pique-nique, nous inaugurons ce qui va devenir un rite : l'apèr-eau (olives, focacce (pain plat à l'huile d'olive et garni diversement) choisies par notre guide, etc... accompagnant le breuvage des sportifs).

Puis pique-nique en vue de la ville ; deux petits lézards verts nous rendent visite.

Après un pot rafraichissant et une bonne douche, petite balade en ville (le château, que nous trouvons facilement, nous ! des églises, des ruelles agréables !) puis visite du sanctuaire dédié à Saint Michel sous la conduite de Guilhemette.

Le diner, pris devant un panorama superbe (nous laissons la vue à ces dames !), se termine par notre premier limoncello (apprécié comme les suivants, en particulier par notre présidente !).

On a appris qu'Annie avait perdu un blouson rouge : le retrouverons-nous demain ?

 

Photos

 

Jeudi 11 mai

Pas de panorama pour le petit déjeuner : tout est dans la brume, qui va nous accompagner une partie de la matinée. Après être passés à la boulangerie (pain et focacce !), nous descendons dans la brume : pas de gorille, mais des orchidées superbes, en particulier une endémique : Orchis italica. Une bonne partie de la randonnée, vallonnée, se fera dans une forêt claire, avec des chênes verts ; toutes sortes de nuances de vert constellent les pentes. Pause aper-eau : c'est une tradition !! puis pique-nique (les fraises ont bien supporté le transport, et Guilhemette a pensé au chocolat !).

On repart, on quitte la route pour découvrir un nouveau chemin ; on finira par « bartasser », c'est-à-dire tracer la voie le long des murs et des bords de champs. Au bout de 18 km, on arrive à l'agrotourismo de Monte Sacro, où nous retrouvons les valises et Mylène qui a connu quelques soucis et ne nous a pas accompagnés aujourd'hui; une bonne bière et une douche, mais il fait frisquet. Au fait, l'autre groupe a retrouvé le blouson d'Annie.

 

Photos

 

Vendredi 12 mai

Départ à 9h pour un beau début de randonnée sous le soleil, en montée d'abord à découvert puis sous les arbres. Nous arrivons aux ruines de l'abbaye de Monte Sacro, qui a succédé à des édifices païens. L'endroit est apaisant, propice à la méditation ; des constructions partout envahies par les arbres, des réservoirs, des puits Puis nous descendons le long d'une ligne de crête, jusqu'à ce que nous trouvions un bon emplacement pour le déjeuner : des chiens qui gardaient un troupeau ont éloigné les chèvres, et nous libèrent donc la place.

Après une longue et chaude descente, nous arrivons un peu avant 17h à Mattinata. Quelques verres d'eau et une douche plus tard, nous partons vers la rue principale de la ville : courses pour demain, glaces (un délice, le chocolat fondant !) puis apéritif nous permettent de profiter de la passegiata, la promenade du soir. Retour à l'hôtel pour un bon diner, et un bon moment de convivialité, comme toujours (accompagné de rires bien identifiables…).

Nous venons d'apprendre en lisant une affiche en ville que le Giro risque de perturber notre journée de demain : on verra bien !

 

Photos

 

Samedi 13 mai

Après avoir récupéré pain et focacce (variées et délicieuses), nous partons vers la plage ; un petit arrêt photo et trempage des pieds, et nous entamons la côte du Monte Saraceno, assez raide, mais la vue est superbe. Dans les passages un peu délicats, Guilhemette est attentive à chacun, et Gérard assure les arrières.

En haut, nous trouvons des fosses creusées dans le calcaire : ce sont des sépultures de deux nécropoles d'un peuple venu d'Illyrie (en face, vers les Balkans), les Dauni, établis ici avant la civilisation grecque classique.

Notre pique-nique est écourté : il faut partir à cause du Giro, mais on a quand même fait honneur aux focacce. Malgré ce départ précipité, nous trouvons la route barrée ; nous nous engageons dans une déviation, mais elle est trop étroite pour les bus et les camping-cars : d'où un embouteillage, une discussion « italienne » (avec force gestes et éclats de voix), mais après un périple entre les oliviers et grâce à l'efficacité de notre chauffeur, nous nous retrouvons là où nous avions été déviés !! Donc, dessert sous les oliviers, chocolat et limoncello !

On attend le Giro, mais en fait il passe plus haut, donc, en marche ! (c'est dans l'air du temps, paraît-il !). Une demi-heure plus tard, après une nuée de motos, suivis d'un cortège de voitures, voici les « forçats de la route » qui entament la côte vers Monte Sant'Angelo ; il y avait 16 échappés, ils ne seront plus que six à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée. Le groupe encourage Thibault Pinaud, mais si on a vu des maillots de son équipe, bien difficile de le reconnaître. Retour au bus ; un peu plus tard, les carabinieri, qui étaient sur leur 31, débloquent la route, et nous voilà partis pour Alberobello, après une journée pleine de surprises, la belle balade du matin puis le Giro et ses conséquences.

Après la douche, descente vers le bas de la ville au milieu des trulli : il y en a de toutes les sortes : des neufs, des vieux plus authentiques (c'est un peu pareil pour les humains, non ,) , certains avec des symboles. En bas nous retrouvons avec plaisir nos amis du groupe 1, pour une brève rencontre.

Un diner agréable ensuite, et une petite promenade nous ramène à l'hôtel. Alors que, jusqu'ici, les touristes étaient rares (on a croisé 4 randonneurs, français de surcroît, en trois jours), à Alberobello, cela grouille de partout : à la passegiata (promenade du soir des anciens endimanchés), il y a beaucoup plus de touristes que d'autochtones !!

 

Photos

 

Dimanche 14 mai

Deux minibus nous conduisent rapidement à Locorotondo. Guilhemette nous fait découvrir la vieille ville en flânant au gré des ruelles pleines de charme sous un ciel bleu et un soleil éclatant. Puis nous partons à la découverte d'une campagne avec des vignes, quelques champs, des oliveraies et des trulli de toutes tailles, de tous âges, de l'hôtel de luxe à la masure en train de s’effondrer. Nous pique-niquons sous des oliviers, près d'un vieux trullo : les choix de notre accompagnatrice font toujours l'unanimité ; une petite sieste pour certains d'autres ont mal à la langue), et nous voilà repartis. En chemin, une antique Fiat 127 nous dépasse, avec un conducteur encore plus ancien. Le carrosse amorce une montée, hoquette et s'arrête : nous comprenons vite qu'il s'agit d'une panne sèche ; « papi » abreuve son véhicule avec un jerrican, et nous fait signe en nous dépassant à nouveau un peu plus tard.

De retour à Alberobello, après la douche, nous ressortons vers 16h15 pour visiter la ville, avec shopping et dégustations diverses (hum ! les glaces ! n'est-ce pas, Gérard ?).

Puis dîner au même restaurant qu'hier, mais dommage, les brochettes et frites étaient un peu sèches!

 

Photos

 

Lundi 15 mai

Départ pour Matera à 8h30 ; après les trulli, journée sassi !

Après un détour par le marché, nous entamons la visite de la vieille ville et de ses deux sassi (quartiers de maisons en partie troglodytes). Par un parcours digne de Dédale, nous allons de points de vue en églises (romanes, baroques, troglodytes) par des passages pittoresques, tantôt ruelles, tantôt escaliers. La pause de midi nous permet d'apprécier aussi de succulents jus de fruits. Puis nous reprenons notre pérégrination en commençant par la cathédrale ; on peut se demander comment fait Guilhemette pour ne pas s’égarer en cours de route ; j'allais oublier l'arrêt glaces.

En regagnant notre bus, quelques uns font leur BA en poussant (en côte) une voiture en panne ; puis retour à Bari.

Nous sortons de l'hôtel vers 18h30 pour visiter le centre de Bari et dîner. Nous découvrons le fort, la vieille ville, la cathédrale puis la basilique, devant laquelle nous profitons d'un concert de tambours anciens. Après un apéritif limoncello sur le front de mer, et un bref feu d'artifice (pour saluer notre départ sans doute !), direction un restaurant sympa.

 

Photos

 

Mardi 16 mai

Il faut rentrer ! Quelques unes s'égarent en faisant des emplettes avant l'heure du départ, mais tout rentre dans l'ordre

Premier vol vers Rome, où Guilhemette nous quitte ; tout au long de la semaine, elle a su nous faire apprécier la région, ses paysages, et des mets locaux typiques, notamment à midi ; outre sa gentillesse, son guidage attentif et riche d'informations, sa connaissance des glaciers fut appréciée de tous ; nous avons aussi bien aimé les variantes et bartassages proposés au gré des circonstances ; qu'elle en soit remerciée !

 

Nous sommes en avance à Paris (1/4 d'heure), ce qui fait que les quatre qui rentrent en train ce soir n'auront pas de problème.

 

Merci à Christian d'avoir organisé cette escapade italienne, et à René d'avoir conduit le groupe avec une diplomatique autorité.

Dans le groupe, il y avait comme une envie de Cinq Terres….

 

Jean-Luc

  
Les Pouilles 2017  Groupe 2

Partager cet article

Repost 0